Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



LES ANNEES MORTES

LES ANNEES MORTES ;

Je vois la lune monter, sur le soleil qui tombe;
Et c’est l’heure de rêver.
Les amants sous le monde,
Par la lucarne ronde,
Commencent à regarder.

Après ils s’aimeront,
Et c’est pour eux rêver
De se toucher de se parler,
Dans le noir qui gronde, du Paris étouffé
Par ses rues sombres, ses avenues éclairées.

Alors j’allume, et c’est pour moi rêver.
Cherchant la rime pleine,
Tendre et soudaine.

.
 

Jeff Wall et la Maniera

.un professeur de ma connaissance, en guide improvisé au Louvre (enseignant la peinture et non l’histoire de l’art) s’arrête devant un christ italien nous dit devoir nous avouer à quel point il déteste cette période postérieure à la renaissance qui représentait entre autre des scènes de Christ en Croix et nous fit part de son dégout:
« Ce personnage n’est pas une figure biblique mais bien une tarlouse sur une croix, voyez comme il se contorsionne; ça pisse le sang des pieds à la tète avant l’invention d’halloween, il est pale comme un goth, et sa couronne dégringole. ». Professeur que j’admirais dans sa façon unique de mouler fond et forme. Il avait en une phrase résumé ce qu’il appelait le maniérisme italien.
Chaque courant ou artiste, j’ai finis par penser, à force d’imiter, d’essayer d’améliorer le sensible, caricature les mêmes qui sont leurs plus cher maitre et, exemple qu’il chérisse et auprès duquel ils vibrent, ceux-là tombent dans des travers maniéristes
Nous verront, je disais et nous pourront comprendre grâce a des images expliquées que les grands noms se font seul:
mais qu’ à force de travail, et de reconnaissance, on finisse par s’imiter, se singer, et tellement se complaire dans le connu qu’il faut par reflet de son orientation éviter d’oublier que l’Esclave souffrant de Michel Ange souffre certes ,mais aussi qu’il se contorsionne comme notre Christ de tout à l’heure .Le travail de création est un acte de solitaire mais j’aimerais qu’à la fin de ce court essai, vous aimiez à pensez qu’il n’est pas un acte isolé du monde.
Comme Sartre j’aime à croire que l’artiste sort de son temps, que j’explique à ma façon: il en est à la fois issu et à la fois le dépasse en s’inscrivant dans l’histoire de l’art et amenant un non retour dans l’idée d’envisager l’imagerie et l’acte de créer. Je sors volontairement cette phrase de son contexte pour pouvoir me l’approprier, comme toutes les pages que j’écrirai n’engageront que moi seule guidées par ma seule et bien jeune expérience.
Mais il m’à été donner le privilège de connaitre le travail de Jeff Wall, de le reconnaitre comme peintre, et surtout d’avoir vu cette immense fresque contemporaine évoquant le maniérisme. Plus tard, je me suis désolidarisé des critiques reconnus dans l’espoir de livrer une réflexion moins formelle et surtout moins dépendante d’un journal, d’une vente ou d’un groupe. Cette Réflexion commence donc avec le travail et l’affirmation que je fais que Jeff Wall est un peintre et non un photographe diplômé en histoire de l’Art. Travail dont je vous laisse comprendre l’illogisme et qui est dédié à ce Jeff Wall, peintre d’avoir trouvé une lumière en ces temps farouche des années 90.

.
 

L’HIVER

L’HIVER :

La neige avait laissé:
Sa crasse sur la vitre.

Avec mes mains de vert:
J’ai dessiné un cœur
Dans la boue de l’hiver.

Et puis, un crucifix:
Qui sentait bon l’éther.

Mais l’hiver en passant,
Mon dessin fut figé
Et la crasse en avant,
Vers son unique printemps.

Malgré tous mes efforts,
Je n’ puis le libéré
Lui qui croyait à tort:
S’en aller en plein mai.

Cœur d’éther!
Je lui suis dit hier:
Palpite sans retenue
La vitre à reconnu:

La Boue
Les Vers
L’Hiver.

.
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

VOUS POUVEZ ME LAISSER DES COMMENTAIRES QUI SONT TOUS TRES BIENVENUE A L’ADRESSE MAIL:
amelie-lallement@live.fr

.
 

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAZAR D'histoires..
| le club lecture
| Asenflul d uswingem